Tous au coin !

Les instantanés

cropped-copy-instantanedart.jpgPour sa première exposition personnelle « Apostrophe muette » à la Vitrine a-m, Sépànd Danesh nous embarque dans sa nouvelle série de peintures dans un endroit peu habituel: le coin. Notre regard se retrouve comme emprisonné avec aucun échappatoir possible sauf en détournant les yeux. Il ne s’agit pas là pourtant d’une punition mais plutôt d’une confrontation pour le spectateur qui se retrouve face à cette verticalité. Mais très vite, les éléments tels que les étagères, cadres photos ou autres objets qui viennent s’ajouter à la composition du tableau, offrent finalement la possibilté à notre regard de se raccrocher à quelque chose.

Sépànd Danesh a grandi en Iran avant de venir en France avec ses parents. De son histoire personnelle, dont il parle avec beaucoup d’humilité, il en ressort un besoin urgent de peindre. Lauréat du prix Colas 2014, il participera à l’exposition collective « Cherchez le garçon » au Mac/ Val (Musée d’art contemporain du Val de Marne) du 7 mars au 30 août 2015.

Apostrophe Muette, Sépànd Danesh du 5 février au 20 mars 2015 à la Vitrine a-m (Paris).

De l’or en barre

Les instantanés
Raphael Hefti, OR OR OR. Vue d'exposition au Centre d'Art Contemporain Genève, 2015. Photo Annik Wetter. Courtesy de l'artiste et centre d'art contemporain Genève.

Raphael Hefti, OR OR OR. Vue d’exposition au Centre d’Art Contemporain Genève, 2015. Photo Annik Wetter. Courtesy de l’artiste et Centre d’Art contemporain Genève.

copy-instantanedart.jpgPour cette première exposition personnelle présentée au Centre d’art contemporain de Genève, Raphael Hefti poursuit son travail d’expérimentation sur les matériaux. L’artiste suisse, ingénieur de formation, s’amuse à détourner la fonction même de l’objet jusqu’à l’accident. Poussant l’expérimentation jusqu’à l’extrême, le résultat de son travail est toujours d’une grande poésie à la frontière de l’art et de la science. Pour cette exposition, l’artiste a réalisé deux installations in situ. Ici les barres de métal ont subi plusieurs chocs thermiques et les plaques d’aluminium, recouvertes de poudre de fer, ont été chauffées à l’aide de brûleurs à gaz. CS

Raphael Hefti, OR OR OR. Vue d'exposition au Centre d'Art Contemporain Genève, 2015. Photo Annik Wetter. Courtesy de l'artiste et centre d'art contemporain Genève.

Raphael Hefti, OR OR OR. Vue d’exposition au Centre d’Art Contemporain Genève, 2015. Photo Annik Wetter. Courtesy de l’artiste et centre d’art contemporain Genève.

OR OR OR, Raphael Hefti jusqu’au 26 avril 2015 au Centre d’Art Contemporain Genève. www.centre.ch

Les infiltrés…

Les instantanés
Les immobiles © Léa Habourdin et Thibault Brunet, Carte blanche PMU (2014)

Les immobiles © Lea Habourdin et Thibault Brunet, Carte blanche PMU (2014)

copy-instantanedart.jpg

Pendant deux mois, Léa Habourdin et Thibault Brunet se sont immergés tels des infiltrés dans plusieurs cafés PMU du Nord Pas de Calais. Pour réaliser la 5ème carte blanche PMU, les deux photographes ont juxtaposé 3 procédés photographiques à l’aide d’un appareil argentique, d’une caméra de console de jeu et d’un piège photographique. Il en résulte de magnifiques dyptiques et tryptiques tirés en grand format sur du papier mate. Mais surtout au-delà de cet aspect purement technique, Léa Habourdin et Thibault Brunet, de par leur regard bienveillant sur ces cafés PMU, nous offrent à voir différement ces lieux et les personnes qui les fréquentent. Un travail emprunt de respect et de poésie … CS

Les immobiles, Léa Habourdin et Thibault Brunet, carte blanche PMU (2014), du 14 au 25 janvier 2015 au Bal.

Artiste à suivre….

Les instantanés

copy-instantanedart.jpg

Retenez bien ce nom… Vivien Roubaud. Ce jeune artiste originaire de Nice est le lauréat de la première Bourse Révélation Emerige. Vivien Roubaud explore la notion d’accident en fixant des explosions de feu d’artifice dans des tubes de plexiglas remplis de gel. Un travail qui laisse la part belle au hasard et à l’expérimentation comme ces drôles de machines à fabriquer des stalactites.

 

La Bourse Révélation Emerige, créée sous l’impulsion du collectionneur et mécène Laurent Dumas, a pour but  de révéler et soutenir de  jeunes artistes issus de la scène française avec à la clé pour le lauréat une dotation de 15000 euros lui permettant de réaliser une première exposition personnelle dans une galerie parisienne. En attendant de découvrir l’année prochaine la première exposition de Vivien Roubaud, les oeuvres de tous les nominés de la bourse Révélation Emerige 2014 sont actuellement à voir dans l’exposition collective « Voyageurs ». CS

Villa Emerige. Vue exposition Voyageurs - © Adrien Daste

Villa Emerige. Vue exposition Voyageurs  © Adrien Daste

« Voyageurs »  jusqu’au 20 décembre 2014 à la villa Emerige, 7 rue Robert Turquan
75016 Paris (entrée libre du mercredi au dimanche de 13h à 19h).

L’art qui rit !

Les focus

copy-instantanedart.jpgUne oeuvre d’art pour le prix d’un fromage, l’idée fait forcément sourire et pourtant La Vache qui rit a osé. Près de 75 000 boîtes collector confiées  à  l’artiste allemand Hans-Peter Feldmann seront bientôt dans les rayons de vos supermarchés. L’initiative revient au fonds de dotation Lab’Bel, structure indépendante du groupe Bel et dont l’objectif est de soutenir la création contemporaine et sa diffusion auprès du grand public. « L’importance que Hans-Peter Feldmann accorde dans son travail à l’imagerie populaire et aux icônes de notre société contemporaine nous semblait en parfaite adéquation avec notre projet » souligne Laurent Fiévet, le directeur de Lab’Bel. « La proposition d’Hans-Peter Feldmann bouscule les lois du marché de l’art (…) et rappelle surtout que l’art n’a pas vocation forcément de rester dans les musées et ne concerne pas qu’une partie privilégiée de la population », ajoute t’il.

© Hans-Peter Feldmann - Groupe Bel

© Hans-Peter Feldmann – Groupe Bel

Hans-Peter Feldmann, artiste internationnalement reconnu, se joue en effet des codes. Ce troublion, aujourd’hui septagénaire, ne signe jamais ses oeuvres et refuse les éditions limitées. Connu pour avoir affublé d’un nez rouge des portraits célèbres ou avoir épinglé billet après billet l’intégralité de la somme perçue d’un prix d’art contemporain au Musée Guggenheim de New-York, il est devenu l’un des artistes majeurs contemporains de l’art conceptuel. « En réalisant des oeuvres en éditions illimitées contrairement à la plupart des grands acteurs du marché de l’art, il nous permettait de proposer aux consommateurs une oeuvre d’art à part entière et non pas une simple boîte de vache qui rit relookée », conclut Laurent Fiévet. Hans-Peter Feldmann, était donc l’artiste de la stituation pour le lancement de cette première édition de boîtes collector... car oui d’autres suivront ! CS

La boîte Vache qui rit collector de Hans-Peter Feldmann, dans vos  supermarchés dès la mi-novembre et dans la limite des stocks disponibles.

 

Flux

Les instantanés

copy-instantanedart.jpgFlux ou la théorie de l’évolution… On démarre le parcours par une première oeuvre réprésentative du néant,  puis des géants aux allures de créatures hybrides rapetissent au gré de la visite pour se transformer en anges. Voilà dès les premiers instants, le ton est donné pour cette première exposition en France de David Altmejd. L’artiste québécois flirte ici  avec le beau et le cauchemar mais sans jamais tomber dans la vulgarité et le grotesque. David Altmejd aime les sciences naturelles, Cronenberg et Lynch. Et ça se ressent dans les énormes vitrines-sculptures qu’il compose comme des laboratoires. Proche du cabinet de curiosité, l’oeuvre de David Altmejd se joue des contrastes, grâce au plexi et aux miroirs mélés à des matières plus  organiques, pour mettre en scène l’objet du flux de sa rêverie. CS

Vue exposition Flux, David Altmejd

Vue exposition Flux, David Altmejd. Photo instantané d’art.

Flux de David Altmejd du 10 octobre 2014 jusqu’au 1er février 2015 au Musée d’art moderne (Paris).

Sur la route…

Les instantanés

copy-instantanedart.jpgOn ouvre le bal de cette rentrée avec cette très jolie proposition: « S’il y a lieu je pars avec vous ». Sur invitation du Bal, cinq artistes ont pris l’autoroute et nous offrent un autre regard sur ces kilomètres de bitume. Cinq artistes pour cinq histoires. Chacun s’est laissé porté le plus souvent par son histoire personnelle. Mais tous ont pris le temps de s’arrêter. Des aires d’autoroutes  fantomatiques d’Antoine d’Agata en passant par les paysages reconstruits aux allures de jeux vidéos d’Alain Bublex, l’autoroute se révèle alors à nos yeux comme un lieu finalement touchant. CS

© Antoine d’Agata.  Galerie Les Filles du Calvaire  Magnum Photos HD

© Antoine d’Agata. Courtesy de l’artiste et Galerie Les Filles du Calvaire, Magnum Photos HD.

Si il y a lieu je pars avec vous, avec Sophie Calle, Julien Magre, Stéphane Couturier, Alain Bublex et Antoine d’Agata, au Bal jusqu’au 26 octobre 2014.  http://www.le-bal.fr/