Artiste à suivre….

copy-instantanedart.jpg

Retenez bien ce nom… Vivien Roubaud. Ce jeune artiste originaire de Nice est le lauréat de la première Bourse Révélation Emerige. Vivien Roubaud explore la notion d’accident en fixant des explosions de feu d’artifice dans des tubes de plexiglas remplis de gel. Un travail qui laisse la part belle au hasard et à l’expérimentation comme ces drôles de machines à fabriquer des stalactites.

 

La Bourse Révélation Emerige, créée sous l’impulsion du collectionneur et mécène Laurent Dumas, a pour but  de révéler et soutenir de  jeunes artistes issus de la scène française avec à la clé pour le lauréat une dotation de 15000 euros lui permettant de réaliser une première exposition personnelle dans une galerie parisienne. En attendant de découvrir l’année prochaine la première exposition de Vivien Roubaud, les oeuvres de tous les nominés de la bourse Révélation Emerige 2014 sont actuellement à voir dans l’exposition collective « Voyageurs ». CS

Villa Emerige. Vue exposition Voyageurs - © Adrien Daste

Villa Emerige. Vue exposition Voyageurs  © Adrien Daste

« Voyageurs »  jusqu’au 20 décembre 2014 à la villa Emerige, 7 rue Robert Turquan
75016 Paris (entrée libre du mercredi au dimanche de 13h à 19h).

L’art qui rit !

copy-instantanedart.jpgUne oeuvre d’art pour le prix d’un fromage, l’idée fait forcément sourire et pourtant La Vache qui rit a osé. Près de 75 000 boîtes collector confiées  à  l’artiste allemand Hans-Peter Feldmann seront bientôt dans les rayons de vos supermarchés. L’initiative revient au fonds de dotation Lab’Bel, structure indépendante du groupe Bel et dont l’objectif est de soutenir la création contemporaine et sa diffusion auprès du grand public. « L’importance que Hans-Peter Feldmann accorde dans son travail à l’imagerie populaire et aux icônes de notre société contemporaine nous semblait en parfaite adéquation avec notre projet » souligne Laurent Fiévet, le directeur de Lab’Bel. « La proposition d’Hans-Peter Feldmann bouscule les lois du marché de l’art (…) et rappelle surtout que l’art n’a pas vocation forcément de rester dans les musées et ne concerne pas qu’une partie privilégiée de la population », ajoute t’il.

© Hans-Peter Feldmann - Groupe Bel

© Hans-Peter Feldmann – Groupe Bel

Hans-Peter Feldmann, artiste internationnalement reconnu, se joue en effet des codes. Ce troublion, aujourd’hui septagénaire, ne signe jamais ses oeuvres et refuse les éditions limitées. Connu pour avoir affublé d’un nez rouge des portraits célèbres ou avoir épinglé billet après billet l’intégralité de la somme perçue d’un prix d’art contemporain au Musée Guggenheim de New-York, il est devenu l’un des artistes majeurs contemporains de l’art conceptuel. « En réalisant des oeuvres en éditions illimitées contrairement à la plupart des grands acteurs du marché de l’art, il nous permettait de proposer aux consommateurs une oeuvre d’art à part entière et non pas une simple boîte de vache qui rit relookée », conclut Laurent Fiévet. Hans-Peter Feldmann, était donc l’artiste de la stituation pour le lancement de cette première édition de boîtes collector... car oui d’autres suivront ! CS

La boîte Vache qui rit collector de Hans-Peter Feldmann, dans vos  supermarchés dès la mi-novembre et dans la limite des stocks disponibles.

 

Flux

copy-instantanedart.jpgFlux ou la théorie de l’évolution… On démarre le parcours par une première oeuvre réprésentative du néant,  puis des géants aux allures de créatures hybrides rapetissent au gré de la visite pour se transformer en anges. Voilà dès les premiers instants, le ton est donné pour cette première exposition en France de David Altmejd. L’artiste québécois flirte ici  avec le beau et le cauchemar mais sans jamais tomber dans la vulgarité et le grotesque. David Altmejd aime les sciences naturelles, Cronenberg et Lynch. Et ça se ressent dans les énormes vitrines-sculptures qu’il compose comme des laboratoires. Proche du cabinet de curiosité, l’oeuvre de David Altmejd se joue des contrastes, grâce au plexi et aux miroirs mélés à des matières plus  organiques, pour mettre en scène l’objet du flux de sa rêverie. CS

Vue exposition Flux, David Altmejd

Vue exposition Flux, David Altmejd. Photo instantané d’art.

Flux de David Altmejd du 10 octobre 2014 jusqu’au 1er février 2015 au Musée d’art moderne (Paris).

Sur la route…

copy-instantanedart.jpgOn ouvre le bal de cette rentrée avec cette très jolie proposition: « S’il y a lieu je pars avec vous ». Sur invitation du Bal, cinq artistes ont pris l’autoroute et nous offrent un autre regard sur ces kilomètres de bitume. Cinq artistes pour cinq histoires. Chacun s’est laissé porté le plus souvent par son histoire personnelle. Mais tous ont pris le temps de s’arrêter. Des aires d’autoroutes  fantomatiques d’Antoine d’Agata en passant par les paysages reconstruits aux allures de jeux vidéos d’Alain Bublex, l’autoroute se révèle alors à nos yeux comme un lieu finalement touchant. CS

© Antoine d’Agata.  Galerie Les Filles du Calvaire  Magnum Photos HD

© Antoine d’Agata. Courtesy de l’artiste et Galerie Les Filles du Calvaire, Magnum Photos HD.

Si il y a lieu je pars avec vous, avec Sophie Calle, Julien Magre, Stéphane Couturier, Alain Bublex et Antoine d’Agata, au Bal jusqu’au 26 octobre 2014.  http://www.le-bal.fr/

Fontana maître de l’espace

copy-instantanedart.jpg

 

Rendu célèbre par ses toiles trouées ou fendues, Lucio Fontana (1899-1968) dévoile également, à travers une rétrospective qui lui est consacrée actuellement au Musée d’art moderne de la ville de Paris, une autre facette de son travail. Les commissaires d’exposition ont tenté de faire oublier ainsi l’artiste de la fente et des trous… On y découvre près de 200 oeuvres, sculptures et peintures… des oeuvres connues qui ont fait son succès mais aussi moins connues du grand public comme ces céramiques ou encore cette reproduction d’un gigantesque néon à l’entrée de l’exposition. Ce sculpteur de formation, né en Argentine de père italien, sera l’un des premiers artistes abstraits italiens des années 30 avant  de devenir la figure de proue du mouvement spatialiste.  A travers cette rétrospective, la plus grande jamais organisée en France, le Musée d’art moderne met en avant le travail d’un artiste visionnaire et qui a cherché tout au long de sa carrière à changer notre perception de l’espace. CS

Rétrospective Lucio Fontana, au Musée d’art moderne jusqu’au 24 août 2014

 

 

 

L’alchimiste de l’image

copy-instantanedart.jpg

Les photographies de Jean-Michel Fauquet résultent de différents procédés. Dans son atelier, l’artiste pratique le dessin, la sculpture, la peinture avant de prendre en photo le sujet. Le résultat des tirages est saisissant… on ne sait plus si on regarde une photographie ou une estampe. L’exposition, qui regroupe 80 oeuvres, se vit comme un rendez-vous intimiste emprunt de nostalgie ou le sujet reste intemporel. CS

 

L’oeil du signe, Jean-Michel Fauquet, jusqu’au 25 mai 2014 à la Maison européenne de la photographie (Paris).

PAR(R)IS

copy-instantanedart.jpg

Paris sous l’oeil de Martin Parr cela donne une exposition haute en couleurs d’une soixantaine de photos. Pendant deux ans, le photographe britannique a ainsi arpenté les rues de la capitale pour « traquer » les scènes de la vie ordinaire mais il s’est aussi invité dans les défilés de mode, au salon du Bourget ou encore au bal des pompiers. Comme à son habitude Martin Parr,  qui a le don du décalage et de l’instantané, livre ici des clichés qui nous rappellent finalement que nous sommes tous vulnérables face à l’objectif. CS

Paris, Martin Parr jusqu’au 25 mai 2014 à la Maison européenne de la photographie (Paris)